// vous lisez...

Points de Vue

Le Piton de la fournaise américaine : un « must read » dans ces heures d’éruption politique

Olivier Piton, fin connaisseur de la vie publique américaine – il vit depuis plus de dix ans à Washington et y exerce son métier d’avocat, après avoir roulé sa bosse en cabinet ministériel et dans les médias -, a publié il y a quelques semaines un remarquable ouvrage sur la profonde transformation, aigre et coléreuse, qui affecte la société américaine et par conséquent une partie du monde.

Pour comprendre les raisons de l’élection de Donald Trump et l’onde de choc qui en découle, je ne saurais assez recommander la lecture de ces pages.

maxresdefault

L’auteur y décrit dans une langue claire et enlevée l’évolution d’un pays qui se défie de plus en plus de ses élites – et vient de le prouver de cinglante manière -, rejette la mondialisation qui a pourtant tant profité aux entreprises américaines, se referme sur lui-même comme rarement (jamais ?) dans son histoire, s’interroge sur l’obsolescence de l’American Dream, balance entre agressivité et désenchantement, démagogie et chauvinisme, carcans du politiquement correct (dont il a été le berceau) et volonté de mettre les pieds dans le plat. Bref, un pays qui cauchemarde, ne fait plus rêver, étouffe de colère, suffoque des inégalités croissantes frappant de plein fouet les  »petits blancs » aussi bien que les minorités ethniques. Et Piton n’a pas eu besoin d’un crochet par Tocqueville – mousqueton référentiel de tant d’intellectuels qui méditent sur l’Amérique - pour livrer une analyse aigue des maux de cette dernière.

Extrait en ce jour de « hangover » pour tant d’Américains et d’amis des Etats-Unis :

« Si Trump l’emporte, l’Amérique expérimentera un populisme d’extravagance et de boursouflure. Le milliardaire tiendra-t-il ses promesses, notamment les plus outrancières et irréalistes, comme la construction de ce mur avec le Mexique ? Il n’y a pas que Ted Cruz qui en doute. Sur des sujets moins médiatiques mais essentiels, comme la guerre aux délocalisations industrielles ou bien le rééquilibrage des relations entre l’Amérique et Israël, il pourrait surprendre par son audace. Mais dans tous les cas, un victoire de Trump rendrait impossible la lecture de la mythologie américaine pour le reste du monde. Peu de chances, en effet, qu’avec lui à sa tête le pays suscite toujours autant d’admiration (…). Il est clair que 2016 marque un changement radical. La démocratie américaine est malade. Nul ne sait comment ce mal évoluera, mais, à l’heure d’un rétrécissement de l’Occident, ces bouleversements sont incontestablement préoccupants pour l’avenir des démocraties occidentales. »

A bon entendeur …

Olivier Piton, La nouvelle révolution américaine, éditions Plon.

Discussion

Aucun commentaire pour “Le Piton de la fournaise américaine : un « must read » dans ces heures d’éruption politique”

Poster un commentaire