// vous lisez...

Points de Vue

L’ENA et nous : une fiction à venir sur un mythe bien vivant

Née à la Libération par la volonté du général de Gaulle, qui voulait régénérer la haute fonction publique et l’accès aux carrières administratives, l’ENA est devenue bien plus qu’une école : un objet de désir et de répulsion, un passage obligé du discours politique, un souffre-douleur de l’opinion. Et une sorte « d’exception française » en raison de la place occupée par ses anciens élèves dans l’appareil d’Etat et au sein de la classe politique … et plus largement dans l’imaginaire populaire. Bref : un mythe français !

L’ENA partage avec les impôts, la corruption des élus ou les exploits de telle ou telle équipe de football le privilège de susciter des discussions enflammées au bar des platanes ou au café des sports, alors même que ceux qui y prennent part ont rarement beaucoup de lumières sur le droit administratif, l’organisation territoriale de la République ou encore les partenariats public-privé.

5570590-ena-faites-entrer-les-bac-8

C’est donc un sujet en or pour les politologues, les historiens, les sociologues, les ethnologues, les journalistes, les romanciers, etc., comme pour les énarques eux-mêmes. Lesquels, de Jean-Pierre Chevènement (« L’énarchie ») à Olivier Saby (« Promotion Ubu roi »), en passant par Jean-François Copé (« Ce que je n’ai pas appris à l’ENA ») ou l’anonyme Saint-Preux (« A l’ENA : y entrer, s’en sortir ») ont été nombreux à prendre la plume pour dire tout le mal qu’ils en pensaient. Et combien d’hommes politiques issus de ses rangs – Alain Juppé, Bruno Le Maire – en ont appelé à sa suppression !

Voilà pourquoi j’ai décidé de consacrer mon prochain livre à cette école à nulle autre semblable.

Invité il y a quelques mois à parler de l’ENA sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin et dans la presse écrite – Figaro ou Revue parlementaire -, il m’est apparu intéressant de composer une fiction drolatique dont l’ENA, sa direction, ses élèves (actuels ou passés) seraient les héros. Et dont les noms de promotion viendraient nourrir la trame romanesque. Le tout mis au service d’une représentation de cette figure française emblématique, l’homo enarcus, qui dit quelque chose de nos élites, de la France et de notre époque.

L’ouvrage est à paraître début 2018 aux (excellentes) éditions du Cerf. A bientôt donc, en mode full (et fool) ENA !

 *    *    *

Dans les médias :

 

RMC / BFM avec Jean-Jacques Bourdin

https://twitter.com/JJBourdin_RMC/status/865443551584432128

 

 

Le Figaro  -   L’ENA vainqueur de la présidentielle

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/04/25/31001-20170425ARTFIG00228-c-est-encore-l-ena-qui-a-gagne-l-election-presidentielle.php

 

La Revue parlementaire

www.larevueparlementaire.fr/index.php/categories-1-layout/item/1117-vauban-voltaire-senghor-et-autres-presidents-de-la-republique

 

 

 

 

Discussion

Aucun commentaire pour “L’ENA et nous : une fiction à venir sur un mythe bien vivant”

Poster un commentaire